jeudi 8 octobre 2015

J'y ai cru

Pour ceux d'entre vous qui ne le savent pas encore…je suis au chômage. Bien grand mot pour dire que je suis à la recherche d'un emploi depuis officiellement un an (même si j'ai eu quelques CDD entre temps). 



Je scrute quasi quotidiennement les sites de recherche d'emplois, je suis à l'affût de la moindre nouveauté. Mais, comme je m'en doutais, les offres se font relativement rares

Il y a celles où j'ai postulé sans grande conviction, sachant bien que je ne "correspondais" pas vraiment au poste. 
Il y a celles, plus rares, où j'ai réussi à décrocher un entretien, sachant que je n'avais pas non plus les compétences nécessaires au poste.

Et puis il y a celles qui correspondaient presque à ce que je cherchais, les annonces qui redonnent espoir en quelques secondes.
C'est donc à cette mission de 8 mois que j'ai candidaté.



L'entretien arrive, j'y crois, je suis sûre qu'il n'y aura que très peu de candidats pour ce poste un peu contraignant.
J'y crois malgré le fait que je n'ai que peu d'expériences : ce poste sera le mien !
Après une semaine toujours pas de nouvelles, et puis un jour le téléphone sonne. J'y crois : on n'appelle pas un candidat quand il n'est pas retenu.
Je décroche, oui c'est bien moi, je me rappelle de vous, j'ai la boule au ventre… Ah. Ma gorge se serre… oui évidemment vous choisissez quelqu'un qui correspond mieux. Mon estomac se noue et je m'efforce de ne pas craquer au téléphone, je ravale ma colère.



J'y ai cru. Vraiment.
Et je commence à me demander après un an, ce qui ne va pas chez moi.

La prochaine fois, c'est décidé, quand j'irai à un entretien, je laisserai mon espérance au seuil de la porte, bien loin de moi, comme ça je ne serais plus déçue.

A chaque refus, la confiance s'effrite, c'est fou comme un simple "non" vous fait tout remettre en cause.

Je ne suis pas encore résignée à faire un travail non diplômé, pas tout de suite, je n'ai pas autant donné dans mes études pour en arriver à ce point là.

J'attends, j'attends l'employeur qui voudra bien me donner la chance d'acquérir plus d'expériences. Et celui qui prendra ce risque-là, je ne lui ferais pas regretter.
Et là, c'est promis, j'y croirais de nouveau.



Alors voilà, c'est comme ça que je l'annonce à tous : je n'ai pas eu ce poste.

(Et à tous ceux qui recherchent un travail : bon courage ♥ )



H.

8 commentaires:

  1. La recherche de boulot, j'suis devenue une spécialiste (avec un mari muté tous les 4 matins arf arf)! Et dans certaines régions, c'est mission impossible. C'est la dégringolade de la confiance en soi. Je me suis vue postulée à des postes complètement en dessous de mes capacités, et à accepter l'embauche... Il faut bien manger ! ^^ Et puis, vient un jour... la roue tourne. LE poste tombe. Hihaaa.
    Ne lâche rien, tu passeras peut-être par des choses que tu aimes moins, mais tu finiras par trouver ton bonheur ;) Des bisous

    RépondreSupprimer
  2. Merci P'tite Poulette, ça me fait plaisir :)
    J'espère aussi vite trouver car 1 an ça devient long !
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
  3. J'ai connu ça aussi, je suis restée au chômage huit mois, et comme toi la galère des courriers qu'on reçoit, toujours négatifs, des entretiens qu'on compte sur les doigts des mains... Je suis en CDD pour 14 mois, alors finalement la chance m'a sourit, je ne désespère pas pour toi... Peut-être que tu devras passer par des "job alimentaire", je l'ai fais et je peux te dire que ça n'améliore pas l'image de soi... Parfois c'est même pire que d'être au chômage!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Félicitations pour avoir trouvé un CDD si long :) c'est vrai que parfois il faut juste être patient, et ne pas désespérer. Bon aprem !

      Supprimer
  4. Coucou, tu sais à moins que tu ais vraiment des choses "graves" à remettre en question chez toi il y a tout simplement le contexte actuel qui n'est pas facile, nous sommes des femmes, jeunes et donc pas les mieux placées pour trouver un emploi alors que pourtant je te l'accorde nous avons fait des études tout ça tout ça (bac + 5 et un an de formation en plus pour ma part et après 3 ans et demi je suis encore précaire, CDD illégalement enchaînés, piges à droite à gauche et désormais chômage qui complète mes revenus parce que j'en avais ras le cul de gagner 500 euros par mois. Pourtant je sais que je trouverais ma place un jour et je préfère galérer mais la trouver et être à mon plein potentiel dans mon futur emploi plutôt que de passer mon temps à m'abrutir sur un poste qui ne colle pas à ce que je sais faire. Je comprends tes inquiétudes, elles sont les miennes aussi, j'oscille sans arrêt entre optimisme et pessimisme mais je ne veux pas être "trop raisonnable" (bon après je suis dans uns secteur, les médias, très difficile, concurrentiel et avec peu d'élus) mais tout me laisse à penser vu ma progression ces trois dernières années que je vais y arriver alors je tiens bon. Si tu sens intimement que tu es sur la bonne voie continue ! Et en attendant pour faire passer les journées écris sur le blog, lis des livres, profites-en pour faire du sport, de la cuisine, j'écris aussi un livre perso enfin bon voilà : profites !

    Un grosse bise ! Tu va y arriver, ne prends pas ces "non" personnellement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce long message encourageant, ça fait plaisir :)
      Je suis tout à fait d'accord, moi aussi je préfère me restreindre financièrement, galerer, puis finir par obtenir ce que je veux ! Bon courage à toi aussi !

      Supprimer
  5. Garde courage !! Je comprends tellement ce que tu ressens même si pour moi cela date de plus de 17 ans !

    RépondreSupprimer
  6. Courage ! le poste que tu espères arrivera plus vite que tu ne penses, l'important et de garder sa confiance en soi !

    RépondreSupprimer

Merci de votre commentaire, on se fera un plaisir d'y répondre :)